Hasards Bizarres, Destins Distincts

10,00 

De la France à la Chine, les personnages de ces onze nouvelles se heurtent aux murs qu’on leur a imposés ou qu’ils se sont eux-mêmes construits. Mais un événement, une rencontre, peut faire basculer l’existence la plus banale dans un univers parallèle déroutant, bizarre, et aussi furieusement vivace. Entre ironie, poésie, magie, la vie leur réserve de bien étranges surprises.

À travers des personnages attachants et des thèmes universels tels que l’amour, l’amitié, le vieillissement, le deuil, l’accomplissement personnel, la liberté, l’art, l’autrice embarque le lecteur de pays en pays, d’âme en âme, jusque dans les recoins les plus énigmatiques de l’esprit humain. Au détour d’une page, d’un passage, la réalité bifurque pour laisser naître la possibilité d’une autre expérience, d’une vie différente. Et si, à peine dissimulés dans nos décors quotidiens, se cachaient des mondes extraordinaires qui n’attendent que d’être révélés et explorés ?

Parution : Novembre 2023
Format :
14 x 20 cm, 235 pages
EAN : 9782958681302

Extraits du livre Hasards Bizarres, Destins Distincts

“Ce matin-là un papillon s’est posé sur mon bras alors que j’allais aux champs. Malgré sa fugacité, cet évènement a confirmé ma décision. C’était le signe que j’attendais pour être sûr du chemin sur lequel j’allais m’engager.

Je m’appelle Wang Hao et j’habite dans une zone rurale au sud-est de Pékin. Depuis la nuit des temps, ma famille vit de l’agriculture. Nous ne sommes pas pauvres car nous travaillons dur du matin au soir. Ne souffrant pas de tous les besoins qu’ont les gens des villes, nous vivons simplement de ce que la nature nous donne. Nous habitons une grande maison avec ma sœur, mes parents, mes grands-parents maternels et mes oncles Kun et Wei. Ce matin-là, donc, le papillon se posa sur mon bras et je me sentis plus léger, comme si quelqu’un me disait
que j’avais raison. J’eus le temps d’admirer ses couleurs magnifiques avant qu’il ne s’envole, poursuivant son destin. Je me mis au travail l’esprit ailleurs, réfléchissant à mon avenir.”

“— Tu veux dire que c’est un oiseau protecteur ?
— C’est cela. Il écoute le silence. Et il sait.
— Diego, je ne veux pas que tu partes.
— Moi non plus je ne veux pas partir. Mais ce n’est ni moi, ni l’oiseau qui décide.
— Sais-tu qui décide ?
— Il me semble que c’est la musique. Si la musique s’arrête, alors c’est fini.
— La rivière joue encore, regarde.
— Oui, elle joue. Pour le moment.
Nos yeux se dirigèrent vers le cours d’eau. En fait, il ne s’agissait pas d’eau, mais de portées remplies de notes. Elles s’écoulaient calmement, les unes à côté des autres, jouant leur symphonie, passant tranquillement sous le pont et poursuivant leur chemin.
— Cet oiseau, tu le connais depuis longtemps ?
— Depuis que je suis petit. Il veille sur moi.
Diego leva son visage vers le ciel. L’oiseau de proie avait commencé à tournoyer. Il décrivait des cercles,
larges d’abord, puis de plus en plus petits.
— Que se passe-t-il ? Pourquoi tourne-t-il ainsi autour de nous ?
Diego observa un moment le rapace, sans me répondre. Puis il regarda en contrebas, et murmura :
— La rivière… Elle commence à s’agiter.”

“Djerba la Douce.
Me voici arrivé.
Malgré la situation, j’apprécie les dômes blanchis à la chaux et les bougainvillées.
Mais je ne suis pas vraiment là pour des vacances. Enfin si, peut-être. Des vacances forcées. Des vacances chirurgicales.”

“Je m’appelle Tango et je suis un chien. Assis sur la banquette arrière de la voiture, j’attends que le trajet soit fini. C’est assez long et je n’aime pas trop ça, mais je sais rester sage, sans me plaindre. Comme tous les étés, nous partons. Je sais que l’endroit où nous arriverons ne ressemblera pas à celui de l’année dernière, ni à celui de l’année d’avant. Je suis un peu inquiet, mais je m’habitue toujours aux nouveaux lieux, tant que je suis avec mes maîtres. Et surtout avec Mélodie. Mélodie, c’est elle ma maîtresse, je l’aime beaucoup. Elle a eu douze ans au printemps ; le gâteau était bon. Elle est rousse avec les yeux verts clairs, c’est une couleur assez rare chez les humains. Elle a un cœur sensible et j’ai l’impression que ça aussi, c’est rare. Elle n’aime pas non plus les trajets en voiture, et je sais pourquoi. Elle me l’a confié un jour.”

“Sans hésiter, elle franchit l’arche et emprunta le chemin. Tandis qu’elle marchait, les feuilles humides glissaient sur son visage et ses bras. Ce frôlement produisait un son léger, presque imperceptible, une sorte de chuchotement végétal.”

“Le deuxième tableau ne m’apparut vraiment que le lendemain à l’aube. Les premières lueurs me firent ouvrir les yeux. Je vis d’abord le plafond, blanc. J’étais allongée par terre. Surprise, je me redressai et me trouvai face à ce que j’avais peint la veille, dans la pénombre du soir. Je me levai et reculai. Au fur et à mesure que le soleil montait, ma peinture m’apparaissait, émergeant de la nuit. Je la contemplai comme si elle ne venait pas de moi. Elle m’avait été suggérée, mais par quoi ? par qui ? Les peintres savent-ils d’où viennent leurs œuvres ? En sont-ils les instigateurs ou les simples exécutants ?”

Avis des lecteurs

“J’ai aimé l’écriture à la fois sobre et précise qui s’adapte aux différentes histoires. On entre bien dans l’esprit de chaque personnage.”

Christelle

“Chaque histoire m’a évoqué un souvenir de ma vie ou m’a fait réfléchir. Les thèmes, universels, sont traités avec originalité. Les nouvelles sont belles et bien écrites.”

Lannig

“Je me suis laissé emporter par toutes ces histoires émouvantes avec parfois un petit côté mystique. Je ne saurais dire laquelle j’ai préférée, elles évoquent toutes des sujets poignants et tellement d’actualité.”

Véronique

“Les histoires et thèmes m’ont beaucoup plu ou touché, la tournure des phrases, le choix des mots, des phrases courtes et précises. J’adore !”

Grégoire

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Hasards Bizarres, Destins Distincts”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *